Loisirs Indoor et salles de sport : des craintes sur la reprise

Loisirs Indoor  et salles de sport : une reprise en mode survie ?

 

Même si les secteurs du loisir indoor et des salles de sport sont impatients d’accueillir à nouveau leur public le plus rapidement possible, leur enthousiasme est troublé par la question de leur survie qui reste d’actualité :

« Le Gouvernement a compris qu’il fallait sauver le secteur du loisir indoor et des salles de sport, avec notamment la mise en place d’un dispositif d’aide complémentaire visant à compenser une partie des charges fixes pour les entreprises faisant l’objet d’une fermeture administrative en 2021, et nous l’en remercions ! Néanmoins, à l’heure où nous finalisons les bilans 2020, nous exprimons nos plus grandes craintes sur nos conditions de reprise… » expliquent Evelyne Villame, Présidente du SPACE (association française des loisirs indoor), et Thierry Doll Président de Active-FNEAPL (Activités de loisirs plein air et indoor).

Comme la majorité des lieux d’accueil du public, la réouverture se fera par paliers avec des jauges limitées. A cela s’ajoute le fait que cette période de l’année est naturellement la basse saison, sans compter la stigmatisation des parcs de loisirs indoor comme lieux de propagation du virus : l’année dernière la reprise avait été lente alors que la fermeture n’avait été que de 3 mois.

Ainsi les loisirs indoor et salles de sport estiment que la reprise sera lente et difficile :

« L’après-confinement et les retrouvailles sont à risque, mais nous espérons que la dynamique n’est pas cassée et que nos clients, individuels, écoles, centres de loisirs et entreprises vont reprendre leurs sorties pour se détendre et célébrer à nouveau anniversaires et autres événements, » souligne Evelyne Villame.

Kristell Noël, dirigeante du parc de loisirs indoor Alrekids à Auray et représentante du Space pour 3 départements bretons (22,35,56), nous précisera avoir subi 12 mois de fermeture sur 18 mois depuis le mois de mars 2020 ! Elle réouvrira son parc alors qu’elle n’a plus aucune trésorerie,  « car si les aides de l’état accordées depuis le début de l’année arrêtent l’hémorragie, elles ne permettent pas de compenser les pertes subies en 2020 ! Nos entreprises sont endettées, couvertes d’emprunts et leur réouverture en basse saison ne leur permettra pas de redresser leur situation. »

Si les parcs de loisirs indoor et salles de sport espèrent que le public sera au rendez-vous, ils sont bien conscients que cette reprise ne pourra se faire sereinement sans un accompagnement de l’état dans la durée, jusqu’au retour à une situation normale.

Parmi leurs revendications, les secteurs du loisir indoor et des salles de sport demandent notamment une réforme globale des conditions de remboursement de l’ensemble des emprunts pour permettre aux entreprises de pouvoir les honorer :

-Prolongement de la durée de remboursement du PGE
-Création d’un « prêt de consolidation »
-Prorogation du moratoire qui prévoit le gel des procédures et mises en garantie des cautions pour non-paiement des loyers et charges.

« A défaut [d’un accompagnement de l’état], les sommes versées l’auront été en vain, » précisent de concert Evelyne VILLAME et Thierry DOLL.

Propos recueillis par Kristell Noël, et le SPACE et Active-FNEAPL (communiqué de presse du 20 avril, Paris)

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *